« Avec la Supra, ce fut le coup de foudre »

A vos marques, prêts, partez !

Des fans de la Toyota Supra, triés sur le volet, ont pu tester à la mi-juillet, en Italie, le tout dernier modèle de la voiture de sport japonaise.

Par une matinée de juillet, un samedi. À Vairano, à une demi-heure au sud de Milan, elles se mettent en rang : des Toyota GR Supra flambant neuves, jaunes, rouges, blanches ou couleur argent, sont prêtes à être poussées jusqu’à leurs limites sur le circuit automobile. «3, 2, 1, Go !», s’exclame à la radio l’instructeur Christian Arber. L’autodrome se transforme soudain en salle de concert. L’orchestre : plus d’une dizaine moteurs 6 cylindres en ligne de 3 litres à 6 cylindres en ligne au cœur des Supra, leur turbo twin-scroll, sans oublier, ici et là, les cris d’allégresse d’un pilote ou d’un copilote.

Mais pour toute femme et tout homme au volant de la Toyota Supra, tout cela est de la grande musique. Ils font partie des fans de la première heure qui ont le privilège de prendre place au volant de cette voiture de course flambant neuve, dans le cadre des Toyota Supra Driving Days, appuyant comme il se doit sur la pédale d’accélérateur et expérimentant la façon dont cet engin transforme le carburant en pression acoustique, force centrifuge et adrénaline.

Michael Bieri und Miryam Marti.

À l’image de Miryam Marti. Celle-ci est arrivée à Vairano avec un style affirmé : au volant de sa propre Toyota Supra MKIV, prédécesseur de la Toyota GR Supra, modèle construit jusqu’en 2002 et qui depuis lors a acquis le statut de légende, notamment dans la saga cinématographique « Fast and Furious ». « En fait, la Supra, c’est toute ma vie !», explique Miryam Marti. « Tout a commencé alors que j’avais 16 ans. Depuis, tout mon argent passe dans la voiture ! ».

Elle est incapable de donner les raisons précises de sa fascination : « Il m’a suffi de voir la voiture pour en tomber amoureuse. Un vrai coup de foudre », explique Marti. « Ça me plaît, tout simplement, et ça me fait vibrer. C’est extra ! ». D’ailleurs, c’est dans l’univers des Supra que Miryam a rencontré son compagnon : Michael Bieri est venu à Vairano avec sa propre Toyota Supra MKIV. « Nous sommes fanas des anciens modèles. Maintenant, nous voulons voir ce que le nouveau a dans le ventre. »

Les ancêtres de la GR Supra

Mais avant d’en arriver là, les fans devront encore s’imprégner d’informations théoriques sur les sports automobile. Car après tout, la présence sur un circuit est une première pour un grand nombre d’entre eux. Le formateur en sécurité de conduite Christian Arber leur explique la trajectoire idéale, la bonne temporisation et le comportement à adopter sur un circuit : « L’objectif, c’est de faire le plein d’émotions », explique Arber, « mais aussi de rentrer chez soi en en sachant un peu plus sur la sécurité. Il ne s’agit pas simplement d’appuyer sur le champignon. Il faut se former en permanence ».

Mais venons-en maintenant à la course. Sur la longue ligne droite du circuit de Vairano, on peut atteindre 150 km/h, sachant que certains pilotes expérimentés peuvent aller encore plus vite. « C’est la première fois que je viens sur ce circuit », explique Pascal Scheidegger, un participant. « Il suffit de mettre les gaz sans avoir à vérifier tout le temps à quelle vitesse on roule. C’est vraiment agréable », raconte ce mécanicien qui travaille chez Toyota. « Je ne voulais pas me contenter de parler de la voiture, je voulais aussi la conduire. Comme il se doit. » Ce qui lui plaît dans la nouvelle GR Supra ? « Six cylindres en ligne, il va de soi que c’est mon moteur préféré. Et trois litres… Que demander de plus ? »

Un autre participant, Roland Stettler, a fait part de son enthousiasme après les premiers tours au volant de la Toyota GR Supra. « Elle adhère, elle tire bien ! Une super bagnole. » De même, Stefan Hilpert est conquis : « La légende fait son retour ! »

Pédigrée de course

Même les deux spécialistes Miryam Marti et Michael Bieri sont fascinés par la nouvelle Supra. « La technique est excellente – avec quand même 20 ans de modernité en plus, pour une voiture bien plus contrôlée et confortable », explique Michael Bieri. « Son maniement est très différent de celui des modèles des années 1990. Le châssis… Tout est génial. ». Miryam Marti aussi apprécie la nouvelle voiture : « J’ai pu noter qu’elle accroche bien. Rien à voir avec l’ancien modèle. » Michael Bieri confirme ses dires : « Les anciennes Supra sont beaucoup plus puristes – à ne jamais mettre au même niveau que le nouveau modèle, bien sûr. Avec les anciens modèles, on était invincible sur l’autoroute, mais les routes de col seront sûrement plus amusantes avec la nouvelle version. » Sa conclusion : « Elle serait idéale pour ma flotte de véhicules. »

Pour encore plus d’impressions sur la nouvelle Supra, regardez la vidéo.

Remaniée pour la course

Conçue pour le circuit : la Toyota GR Supra GT4 Concept.
La Toyota GR Supra se défend à merveille, aussi bien au quotidien que sur circuit. Cependant, la voiture de sport révèle encore plus de potentiel. C’est ce qu’a su voir la Toyota Motorsport GmbH, filiale sportive en Allemagne du constructeur japonais, qui a permis notamment la splendide double victoire au Mans en 2018 et en 2019. Toyota Motorsport GmbH a présenté la GR Supra GT4 Concept au Salon de l’Auto de Genève et en 2020, il sera possible d’acheter la version de course.
Cockpit de la version course.
La version sport s’adresse aux équipes de course privées du monde entier. Les voitures GT4 sont autorisées dans diverses séries de courses internationales, notamment dans la série Super Taikyu au Japon, dans la GT4 et dans le cadre du Championnat d’endurance sur le Nürburgring en Europe, et dans la série Michelin Pilot Challenge aux États-Unis.
À l’instar de la version de série de la Supra, le bolide GT4 possède un moteur 6 cylindres en ligne de 3 litres avec turbo twin-scroll. Il faut y ajouter les ajustements pour la course, comme une cage de sécurité hautement résistante, des ailerons avant et arrière, un réservoir de compétition et un siège de course selon la norme FIA. Outre Toyota Gazoo Racing, le spécialiste en systèmes d’échappement de course Akrapovič, le fabricant de pneumatiques Pirelli et les spécialistes en lubrifiants Ravenol ont aussi collaboré au développement. Le prix et la date de lancement de cette version course devraient être connus d’ici la fin de l’année.
Réserver un essai sur route!
Réserver un essai sur route!
Brochures
Brochures